En cours

Les Libellules rouges

Les Libellules rouges

Que sont devenus les rescapés et les survivants de Nagasaki ? Combien sont-ils encore ? Et surtout, qu’ont-ils à nous dire ?

Longtemps, Reiko Kruk-Nishioka s’est tue. Aujourd’hui, après mûre réflexion, c’est par un récit romancé, écrit à hauteur d’enfant, agrémenté de dessins de sa plume, qu’elle a choisi de témoigner.

Keiko, dix ans, assiste depuis des mois, fascinée, au ballet des Libellules rouges de l’école d’aviation voisine. Un chant affirme « les femmes ne montent pas sur les avions » ? Qu’importe. Keiko sera pilote. En attendant, son cœur bat plus fort quand Koyama, son prince rouge à l’écharpe blanche, l’emmène voir les biplans de près, leurs hélices de bois, leurs ailes de toile peinte, puis lui offre un baptême de l’air improvisé. Mais c’est la guerre et, bientôt, les avions pacifiques sont enrôlés pour partir à l’attaque. Tous les autres, plus solides, ont été abattus. À fréquenter les pilotes, Keiko découvre leur peur, leurs doutes, leur soif de vivre, le fait qu’ils ne sont encore que des enfants dans un monde où les adultes mentent et se trompent systématiquement. Un jour, un peu avant midi, à vingt kilomètres de là, une bombe pas comme les autres tombe sur la ville de Nagasaki.